DES ÎLES ET DES TERRES
 
Jamaïque


Jamaïque


Indépendance : 06.08.1962

Ancienne colonie britannique, la Jamaïque est un état indépendant, membre du Commonwealth depuis 1962.


Agrandir
 
Agrandir
Le drapeau, adopté en 1962 se compose d'une croix de Saint - André jaune qui délimite deux triangles noirs. Le vert représente l'agriculture et l'espoir d'un avenir meilleur ; le jaune symbolise la splendeur du Soleil et les ressources naturelles ; le noir est là pour rappeler les difficultés du passé et les obstacles qui freinent encore le développement du pays.

Données générales


Superficie : île de 10 991 km2

Situation : Située dans les Grandes Antilles à145 km au sud de Cuba et à 160 km au sud-ouest d’Haïti : 18°9’de latitude nord et 65°36’ et 77°23’ de longitude ouest.

Point culminant :Blue Mountain Peak (2 256 m)

Capitale : Kingston

Population (2013) : 2 909 714 hab. (PNUD)

Langue officielle : anglais

Langues courantes : anglais, jamaïcain, créole jamaïcain et patois rasta.

Monnaie : dollar jamaïcain (JMD)  1 US$ = 95,60 JMD$ (2013)

Fête de l'indépendance : 6 Août

Politique


Forme de l'État : Monarchie constitutionnelle

Reine : Elisabeth II
Gouverneur : Sir Patrick Allen depuis le 26.02.2009
Chef du gouvernement : Portia Simpson Miller (PNP) depuis le 05.01.2012

Partis politiques :

 

Les deux principaux partis politiques, établis depuis longtemps, ont des liens historiques avec deux grands syndicats :

Parti Travailliste de Jamaïque ou JLP (1943) avec le Bustamante Industrial Trade Union (BITU)

Parti National Populaire ou PNP (1938) avec la National Workers Union (NWU).

Mouvement Démocratique National ou NDM (1995) aucun lien avec un syndicat.

Institutions :

Système parlementaire fondé sur le modèle du Royaume-Uni :

  1. Pouvoir exécutif : exercé par le cabinet, dirigé par le premier ministre (choisis par le Parlement).

  2. Pouvoir législatif : Le parlement est composé d'un sénat (désigné), et d'une chambre des représentants (élue). Treize membres du sénat sont nommés sur l'avis du premier ministre, et huit sur l'avis du chef de l'opposition.

  3. Pouvoir judiciaire : Cour suprême : juges nommés par le gouverneur général sur conseil du premier ministre et la Cour d'Appel : la plus haute institution de la Jamaïque

2012 : Sur le plan constitutionnel, la nouvelle première ministre et son parti se sont engagés lors du discours d’investiture (5 janvier) à faire de la Jamaïque une république : réforme qui serait entérinée par un référendum.

Intégration mondiale et régionale :

Membre de l'ONU

Membre de l'OEA
Membre de l'OMC (01.01.1995)
Membre du Commonwealth (1966)
Membre de l'AEC

Membre du CELAC
Membre du CARICOM

La Jamaïque est également membre de la Corporación Andina de Fomento (CAF), organisme de financement de projets liés à l’intégration régionale des pays andins. 

Histoire en bref

Agrandir

 

Le blason de la Jamaïque fut octroyé par mandat royal en 1661 (colonie britannique à l'époque) et partiellement modifié en 1957. Il fut dessiné par l'Archevêque de Cantorbéry: Willam Sandcroft.

Le blason est composé d'un champ d'argent dans lequel figure une croix de gueules chargé de cinq Ananas d'or. Il est soutenu par deux indiens Arawaks. Le tout est surmonté par un Crocodile jamaïcain.

Dans la partie inférieure, sur une ceinture Pourpre, on peut lire la devise officielle du pays en anglais: “Out of Many, One People” ("De plusieurs, un peuple”).

5 mai 1494, Christophe Colomb découvre la Jamaïque, alors peuplée par les Indiens arawaks. En 1510, les premiers colons espagnols apparaissent sur l'île et réduisent le peuple arawak à l'esclavage.

Fin du XIVe siècle, les Espagnols commencent le trafic d'esclaves entre l'Afrique et la Jamaïque.

1655, les Anglais, attirés par les ressources de l'île, s'emparent de la Jamaïque et créent Port Royal. Ils continuent le trafic d'esclaves et développent la culture de la canne à sucre. 1833, abolition de l'esclavage. L'industrie de la canne périclite.

1872, Kingston devient la nouvelle capitale.

En 1944, le gouvernement britannique donne une Constitution à la Jamaïque. Alexander William Bustamante, président du JLP, est élu aux premières élections générales.

En 1959, il obtient la gestion complète du gouvernement.

 

 

Données démographiques


Espérance de vie (2011) : 73,3 ans (PNUD)

Taux d'alphabétisation (2011) : 86,6 %

Densité (2013) : 264,7 hab./km2

Taux d'urbanisation (2012) : 52 %

Religions :églises chrétiennes (anglicane, catholique, méthodiste, qui perdent du terrain par rapport aux pentecôtistes et adventistes du 7ème jour), cultes spiritistes et rastafarisme (né sur l’île, pratiqué parallèlement à une autre religion par une partie importante de la population).

 

IDH : (PNUD, 2011)

Années Jamaïque Am. latine et Caraïbe Monde
2011 0,730 0,740 0,693

 

 

Données économiques


PIB (2012)  : 14,5 milliards US$ (FMI)

PIB par habitant (2012) : 9 300 US$ (FMI)

Taux de croissance (2009)  : - 5,5 %

Population active (2004)  : agriculture 18 %, industrie 17 %, tertiaire 65 %.

Taux de chômage (2012) : 14,1 %

Taux d'inflation (2012)  : 6,9 %

Dette publique (2010) : 140% du PIB soient 19,5 milliards US$ fin-mai 2012


Quelques points forts :

  1. La politique économique du gouvernement jamaïcain est axée sur les investissements dans les secteurs générateurs de devises : les exportations de sucre et de bauxite, dont la Jamaïque est le premier exportateur mondial. La Jamaïque produit aussi du gypse et du calcaire.

  2. Kingston : grand hub redistributeur de la Caraïbe.

  3. Le tourisme est traditionnellement une source de revenu importante :dispose d'un bon équipement hôtelier et d'un réseau routier s'étendant sur 18 200 km et deux aéroports internationaux situés à Kingston et Montego Bay. 

Quelques points faibles :
  1. La culture de la marijuana se développe

  2. très forte criminalité (un des taux les plus élevés au monde) : se concentre dans la capitale.

Particularités culturelles


Un des berceaux du rastafarisme : À la fin du XIXe siècle, apparaissent des mouvements éthiopianistes basés sur des lectures et interprétations de la Bible. Le jamaïcain Marcus Garvey (né en 1887) est considéré comme le premier animateur du mouvement rastafari.

Personnalités :

La Jamaïque a sept héros nationaux qui sont Paul Bogle, George William Gordon, Nanny, Samuel Sharpe, Alexander Bustamante, Norman Manley et Marcus Garvey. Tous ont consacré leur vie à se battre pour les droits de la personne et l’indépendance de l’île.

Athlètes : Les Jamaïcains sont extrêmement fiers de leurs athlètes : Marlene Ottey, la sprinteuse médaillée d’or olympique. Courtney Walsh, joueur de criquet jamaïcain, considéré comme l’un des meilleurs au monde. Usain Bolt a remporté sa troisième médaille d'or et le huitième titre mondial de sa carrière en s'imposant avec la Jamaïque sur le relais 4x100 m, aux Championnats du monde d'athlétisme de Moscou de  2013. Avec ce huitième titre mondial, la superstar du sprint égalise le record du monde du nombre de médailles détenu par les légendes américaines Carl Lewis, Michael Johnson et Allyson Felix.

Musiciens : Bob Marley est réputé avoir apporté le reggae, le rastafarianisme et les messages de paix et d’amour au monde. Sa réputation continue de grandir avec les années.

Les Dreadlocks : Coiffure typiquement jamaïcaine ! Ce sont des mèches de cheveux emmêlées qui se forment seules si les cheveux sont laissés à pousser naturellement.

Films : De nombreux films ont été tournés en Jamaïque. Parmi eux retenons deux James Bond Docteur No et Live and Let Die et d'autres films : Cocktail, Le Lagon Bleu, Rasta rocket et Club Paradise.

musique Le reggae l’expression la plus populaire de la musique jamaïcaine ! Ce courant musical trouve ses racines dans les musiques traditionnelles caribéennes, le Rythme&Blues, le jazz ou encore la soul. En tête de file Bob Marley et son groupe, the Wailers. Jimmy Cliff…

La diaspora : environ 2 M personnes, essentiellement aux Etats-Unis, au Canada et en Grande-Bretagne.

Évènements marquants

 

1981, mort du chanteur Bob Marley à l'âge de 36 ans.

1988, l'ouragan Gilbert fait des ravages avec plus de 300 millions de dollars de dégâts et un quart de la population sans logement.


 

Auteur : Maryse Verrecchia

Haut