DES ÎLES ET DES TERRES
 
République dominicaine

 

République dominicaine


Indépendance : 27.02.1844


La République dominicaine tire son nom de celui de sa capitale Santo Domingo ou Saint-Domingue en français, elle-même tirant son nom de Saint-Dominique, saint espagnol fondateur de l'ordre des dominicains. Ce nom a été institué par la Constitution de 1844.

Agrandir
 
Agrandir
Le drapeau de la République dominicaine est un révélateur de son histoire. Il est directement inspiré du drapeau haïtien, lui-même issu du drapeau français, d'où l'utilisation des trois couleurs, bleu, blanc et rouge. Le drapeau, créé le 6 novembre 1866, porte en son centre les armoiries du pays.

Données générales


Superficie :
48 734 km2, deuxième pays de la Caraïbe par sa superficie.

Situation : 18°29'N 69°55'W
Son territoire occupe les deux tiers orientaux de l'île d'Hispaniola qu'elle partage avec Haïti. Elle possède environ   1 600 km de côtes (Océan Atlantique au nord, Mer des Caraïbes au sud).

Point culminant : Pico Duarte (3 087 m), parmi les plus hauts reliefs des Antilles.

Capitale : Santo Domingo (Saint-Domingue en français).

Région métropolitaine de Santo Domingo : 3,3 millions hab. (estimations 2010, ONE, Rep. dom.)

District de Santo Domingo : 1,1 millions hab. (estimations 2010, ONE, Rep. dom.)

Population (2011) : 10 056 200 hab. (PNUD). La diaspora dominicaine est estimée à plus de 2 millions de personnes, principalement localisée aux États-Unis.

Langue officielle : espagnol

Langues courantes : Haïtien, créole français et le créole saman. anglais (affaires).

Monnaie : peso dominicain. 1 € = 49,73 Pesos (au 10 janvier 2012, le taux de change est fixé par rapport au dollar américain, 1 $US = $RD 38,83).

Fête de l'indépendance : 27 février 1844, proclamation de la République à la fin de l'occupation haïtienne.

Politique


Forme de l'État : République, régime présidentiel

Chef de l'État : Leonel Fernández Reyna (mandat de 1996 à 2000, réélu en 2004, puis en 2008)

Chef du gouvernement : Leonel Fernández Reyna

Institution : Constitution du 28 novembre 1966 (amendée le 25 juillet 2002 et en janvier 2010). Le régime est de type présidentiel avec un Président en même temps 1er ministre, élu au suffrage universel direct tous les quatre ans. le Parlement est composé d'un Sénat (32 membres) et d'une Chambre des députés (183 membres) élus au suffrage universel tous les quatre ans.

Principaux partis politiques :

Outre les trois principaux partis politiques, le PRD, le PLD et le PRSC, il existe de nombreux partis de moindre importance, qui généralement mettent en place des alliances lors des élections. Les partis doivent être reconnus par la Junte centrale électorale.

Parti majoritaire : PLD (Parti de la Libération Dominicaine), de droite, tendance libérale.

Opposition : PRD (Parti Révolutionnaire Dominicain) de gauche modéré, social démocrate.

PRSC (Parti Réformiste Social Chrétien).

Intégration mondiale et régionale :

Représentée à l'ONU
Membre observateur du CARICOM
Membre de l'AEC
Accord de libre-échange avec les États-Unis

Histoire en bref

 

Agrandir

Le blason de la République dominicaine a été institué par décret en 1913. Il reprend les couleurs du drapeau national. Il porte au centre une représen-tation de l'Evangile selon Saint-Jean surmontée d'une croix, illustrant ainsi l'atta-chement du peuple à la religion. De chaque côté de ce décor, on retrouve une branche de laurier symbolisant l'immortalité et une branche de palmier, symbole de liberté. Ces diverses représentations illustrent la devise du pays : "Dios, Patria y Libertad" à savoir, Dieu, Patrie et Liberté.

Habitée par les Taïnos depuis le VIIe siècle, le pays fut découvert par Christophe Colomb en 1492. Il devint alors le lieu d'implantation des premières colonies européennes et Saint-Domingue fut la première capitale espagnole de ce nouveau monde.

Le pays, après l'alternance de règnes espagnol, français et haïtien, devient indépendant en 1821, mais est à nouveau reprit par Haïti. Il faudra attendre 1844 et la victoire des Dominicains sur Haïti pour que le pays acquiert son indépendance réelle. L'instauration d'une certaine stabilité politique ne se fit pas sans difficultés et sans violence.

1861-1865 : Demande le soutien de l'Espagne face aux menaces haïtiennes. Annexion du pays par l'Espagne.

1916-1924 : Le pays est occupé par les États-Unis.

1930 : Raphaël Trujillo prend le pouvoir et maintient pendant plus de trente ans un régime dictatorial brutal avant d'être assassiné par des militaires en 1961.

1963 : Juan Bosch, chef du PRD, remporte les premières élections libres, mais il est renversé par un coup d'État militaire au bout de quelques mois ; après un putsch de jeunes officiers contre le triumvirat militaire, les États-Unis interviennent militairement en 1965.

1966 : Joaquim Balaguer, proche du dictateur Trujillo, devient président aux termes d'une campagne électorale marquée par la violence politique. Il est réélu en 1970 et en 1974.

1978 : la prise de fonction d'Antonio Guzmán (PRD) est considerée comme le premier transfert de pouvoir à se passer dans le calme et ouvre la voie à l'établissement d'une véritable démocratie.

1986 : Balaguer revient au pouvoir et gagne frauduleusement les élections de 1990 et 1994.

1996 : Suite à une médiation de l'Organisation des États d'Amérique, la constitution est modifiée et de nouvelles élections portent au pouvoir Leonel Fernández Reyna (PLD).

Données démographiques


Espérance de vie (2011) : 73,4 ans (PNUD)

Taux d'alphabétisation (2007) : 88,2 % (PNUD)

Densité (2011) : 206,3 hab./km2

Taux d'urbanisation (2010) : 70 % (ONU)

Religions : Catholiques 95 %

IDH : (PNUD, 2011)

Années République dominicaine Am. latine et Caraïbe Monde
2011 0,689 0,731 0,682


Données économiques


PIB (2010) : 51,57 milliards $US (ONU)

PIB par habitant (2010) : 5 195 US$ (ONU)

Taux de croissance (2008-2010) : 13,3 % (ONU)

Population active (2009) : agriculture 13,7 %, industrie 18,7 %, tertiaire 67,6 % (dominé par le tourisme) (ONE-ENFT, Rep. dom.)

Taux de chômage (2010) : 19,3 % (ONE-ENFT-BIT)

Taux d'inflation (2010) : 6,2 % (ONE-ENFT, Rep. dom.)

Dette publique (2011) : 16,6 milliards de dollars (Dirección General de crédito publico, Rep. dom.)

Principaux clients (2009) :  États-Unis 55 %, Union européenne 14 %, Haïti 12 %, Canada 2 %, Chine 1 %.

Investissements étrangers : plus de 2 milliards de $US par an.

Quelques points forts :

57 zones franches industrielles en 2012. Avec 70 % des exportations totales du pays, la captation d'investissements d'origine étrangère, 560 entreprises en activité, 145 000 emplois directs, une diversification des activités, l'économie dominicaine est étroitement liée au développement des zones franches industrielles.

Leader touristique dans les Caraïbes : environ 3,7 millions de visiteurs par an depuis 2004. Importance croissante depuis les années 1990. Le tourisme représente plus d'un milliard de dollars de recettes.

Agriculture biologique : fournit aujourd'hui 80 % du marché mondial de bananes bio. Elle commence aussi à se positionner sur les marchés des avocats, citrons, cocos, mangues et plantes médicinales.

Les cigares : premier pays producteur au monde avec 600 millions d'unité par an.

Gisements : exploité depuis 1976, le larimar est une pectolite de couleur bleue (classé en 1979 comme pierre semi-précieuse) qui se trouve uniquement en République dominicaine. Importants gisements d'ambre végétal, de nickel (8e producteur mondial) ; autres ressources : or, bauxite, argent, calcaire, granit.

Accès privilégié au marché américain et à l'ensemble de l'ALENA. Les envois des expatriés, en provenance principalement des États-Unis, représentent près de 1,5 milliards de dollars en 2000.

Particularités culturelles


Site inscrit au Patrimoine Mondial de l'UNESCO (1990) 
: la zone coloniale de Saint-Domingue, édifiée en 1498.

Un des berceaux de la civilisation taïno : les parois de la grotte des Merveilles possèdent 10 pétroglyphes et plus de 470 pictogrammes taïnos. Les dessins représenntennt en grande partie des animaux, des êtres humains ainsi que des scènes de vie de l'époque.

Traditions :

Le carnaval dominicain n'est pas à date fixe : la mi-carême est l'objet de nombreuses fêtes dans le pays, mais on en trouve aussi tous les dimanches de février à Saint-Domingue, Santiago et à La Vega, ainsi que dans la plupart des villes et villages, dont le jour de Pâques à Cabral. Le plus intéressant est celui de La Vega, créé par les immigrés cubains au début du XXe siècle, il est à l'origine du folklore dominicain. A Saint-Domingue, les premières traces d'un défilé masqué remonteraient au XVIe siècle.

Les formalités simplifiées concernant le mariage et le divorce attirent de nombreux couples chaque année.

La littérature : Elle débute avant l'indépendance de 1844. La poésie, le roman, la nouvelle et l'essai se sont développés et imprégnés de l'évènement politique du moment et ne vont se libérer du poids de l'histoire qu'après la guerre d'avril 1965. La poèsie s'impose avec force en Amérique latine à travers les poètes René del Risco Bermúdez, Tony Rafull, Soledad Alvarez, José Mármol, Plinio Chahín, Pedro Julio Mir Valentín et Alexis Gomez qui sont traduits en diverses langues. Le roman s'impose tardivement et s'inscrit dans la tradition latino-américaine du récit post-colonial avant 1930. Après cette date, il se caractérise par des accords très locaux puis après 1965 suit les innovations des grands écrivains latino-américains (auteurs contemporains: Julia Alvarez, Guillermo Piña-Contreras, Junot Díaz, Pedro Antonio Valdéz).

La musique : merengue (genre musical spécifiquement dominicain, né dans l'île au milieu du XIXe siècle ; Bachata (apparue dans les quartiers défavorisés de Saint-Domingue pendant les années 1960), Reggaeton et salsa occupent la vie auditive des Dominicains.

Personnalités :
Milly Quezada : chanteuse dominicaine de Merengue.
Félix Sánchez : spécialiste du 400 m haies ; titre olympique en 2004 et deux titres de champion du monde en 2001 et 2003.
Manuel Félix Díaz : boxeur, champion olympique en super-légers en 2008.

Évènements récents


Festival de bachata en mars 2012.

Auteur : Maryse Verrecchia

Haut